MICOTTIS


Vai ai contenuti

Menu principale:


FRANCAIS

FEB. 2008

FEVRIER

Chapitre 2

CONNAITRE MICOTTIS

Micottis avant le tremblement de terre du 6 mai 1976, avec des petits films et des photos.

- La langue

Jusqu’aux environ de 1955, dans ce petit village, on parlait exclusivement le «ponasen», une langue slave avec des mots de frioulan.

Notre langue slave était assez archaïque et nous aurions des surprises en le comparant aujourd’hui à d’autres langues slaves. Même si nous retrouvions l’origine de cette langue, nous pourrions noter des différences parce qu’ici, à Micottis, la langue slave n’a pas évolué, probablement à cause de l’isolement par rapport aux contrées d’où les gens ont migré par s’établir dans cette zone.

Ce peuple a attribué des noms slaves aux arbres, aux herbes, aux montagnes avoisinantes, aux oiseaux, aux insectes, etc. Ils comptaient jusqu’à dix, en slave, sur leurs doigtspeut-être ne savaient-ils pas écrire il n’y a aucune trace écrite datant de cette époque.

Beaucoup de personnes ont émigré lors de l’explosion migratoire de 1955, d’où une régression du langage local, le
«ponasen». Les jeunes d’aujourd’hui ne le parlent plus guère, ils parlent l’italien. Beaucoup d’émigrants parlent le français, ce qui fait qu’un français qui vient à Micottis n’a pas de difficulté à se faire comprendre et peut dialoguer sans problème.

Par le passé, on parlait le slave, le frioulan et l’italien par ordre d’importance.

- La vie au quotidien

Dans ces vallées, la vie était dure et le climat plutôt froid, la terre était avare et peu productive, tous les travaux se faisaient à la main, ils étaient lourds et fatigants. On cultivait des haricots, le maïs pour la polenta et quelques légumesil y avait des vaches, des moutons, un cochon, quelques poules… On mangeait volontiers des châtaignesl’emblème de Micottis est d’ailleurs une bogue de châtaigne. La fête de la châtaigne a lieu chaque année.

Pour moudre le maïs qui sert à faire la polenta, il y avait deux moulinsen 1965, un seul est resté en activité, celui que vous pouvez voir dans le petit film après le tremblement de terre, celui-ci a aussi disparu.

Dans des temps anciens, on faisait de la toile appelée
«mezze lane», un terme frioulan qui veut dire «demi-laine». On entendait par là que ce tissu était fait de fil de laine et de chanvre.
On faisait macérer les branches de chanvre et, après des traitements appropriés, on en retirait les fils. Quant à la laine, elle provenait de leurs propres moutons.

Micottis a toujours été très active. Vous pourrez voir par la suite toutes ces activités en visionnant films et photos.


- Le folklore

La petite musique que vous pouvez entendre en introduction à ce site est la musique presque officielle de toutes les fêtes et dansesl’instrument est l’accordéon. Le flash filmé montre un ancien habitant de Micottis qui jouait l’air suivant

«pleese pleese kuos» - danse, danse, merle - «kuo gjes ke pleese ke si buos» - comment veux-tu que je danse sans chaussures. Mais cela ne rime qu’en «ponasen»…

Au début de chaque année, durant trois semaines, on faisait le «pust» -le carnaval-. On inventait des saynètes qui illustraient les événements ou faits survenus durant l’année précédente. Le soir venu, une personne jouant de la trompette traversait le village pour avertir les habitants que le spectacle allait commencer.

Les gens se réunissaient dans une maison possédant une pièce assez grande les acteurs faisaient leur représentation puis tout le monde se déplaçait jusqu’au bistro du village et le spectacle continuait avec du vin, des danses… sur le petit air déjà mentionné plus haut. Le mercredi des Cendres -fête religieuse- le
«pust» -le carnaval- était fini le samedi avait lieu le carnaval des petits et le dimanche celui des adultes.

- La solidarité entre villageois et diverses traditions

Quand le moment était venu pour s’occuper du bois - pour faire la cuisine et pour se chauffer en hiver- les gens d’aidaient mutuellement. On disait «venir «za dielouza». Ce qui voulait dire«venir travailler pour moi», par exemple pour ammener le bois depuis la forêt jusqu’à la route, et de là jusqu’à la maison.

«dielouza» signifiait que le travail d’un jour, ou même plus, était rendu. Plus simplementaujourd’hui tu travailles pour moi et un autre jour je travaillerai pour toi. On ne payait pas un travail, on rendait autant d’heures ou de jours de travail à ceux qui avaient travaillé pour nous.

Quand une famille avait besoin d’une brouette ou d’une charrette, on était tenu de la prêter à en avait besoinimpossible de refuser. C’était une sorte de«» dans l’utilisation des outils, des bicyclettes, des brouettes, des charrettes…


Pour allumer le feu chez soi le matin, on allait chez une famille qui avait déjà allumé le sien et on demandait de la braise pour démarrer son propre fourneau.

Les gens se prêtaient toutla farine pour faire la polenta, le sel, des œufs, les aiguilles pour faire de la couture, etc.

Avant l’installation de l’électricité, utilisait des lanternes à huile aussi bien pour s’éclairer à la maison que pour éclairer sa route pour aller rendre visite à une famille un peu plus éloignée.


- Les gens de Micottis

A Micottis, on apprenait aux enfants à bien se comporter, pas effrontés et à être honnêtes.
Le gens étaient très actifs et avaient un vif sens du devoir. Nos concitoyens étaient très appréciés à l’étranger où ils ont toujours été bien acceptés et où ils s’intégraient très facilement.

Les hommes et les femmes de Micottis ont des conjoints de diverses nationalités ou issus d’autres régions d’Italie. Parmi ces conjoints citonsdeux épouses slovènes, deux allemandes, une française, une américaine, une sicilienne, une triestine, un mari sarde et plusieurs maris frioulans.

Depuis 1800, on constate, d’après les archives paroissiales, que chaque famille est connue sous un surnom slave. Ces surnoms sont encore en usage à l’heure actuelle.

Les personnes dont le nom de famille est
Micottis ont différents surnoms qui indiquent la souche de la famille «Dusegj», «Kagjon», «Fratinigj» «Marzuoligj». De chacun d’entre eux part un autre arbre généalogiqueje vous le ferai par la suite.

Le patronyme MICOTTIS existait déjà avant l’an 1800 mais n’est pas un nom d’origine grecque comme certains pensent. D’où provient le patronyme Micottis vous le découvrirez le mois prochain



HOME PAGE | FEB. 2008 | MULTIMEDIA | service | news | conoscere Micottis | Mappa del sito


Menu di sezione:


"oggi è il "

Torna ai contenuti | Torna al menu