MICOTTIS


Vai ai contenuti

Menu principale:


francais

NOVEMBRE

L'histoire de Micottis

Pour connaître l'histoire de Micottis il est nécessaire d'élargir son champ visuel sur l'histoire de toute la VALLE DEL TORRE. Pour ce faire, j'ai consulté le livre “LUSEVERA NELL'ALTA VAL TORRE.

Ce livre se trouve à la Mairie de Lusevera, il n'est pas disponible dans le commerce.

L'article est de M.
Ottorino Burelli qui a fait des recherches sur la Valle del Torre et qui reflète très bien ce que moi-même avais imaginé s'être déroulé par le passé.

Ci-dessous la couverture du livre.



J'ai pris quelques notes de ce livre.

Les noms des villages de la Valle del Torre sont cités dans certains documents datant des années suivantes :

Lusevera en 1150
Pradielis en 1161
Cesariis en 1339
Micottis en 1359

Dans mon article CURIOSITA, chapitre 4 – mois d'avril... j'ai calculé que le premier habitant de Micottis appelé lui-même Micottis devait remonter à l'année 1000 ou 1100. Parfois les mathématiques nous surprennent.

La Valle del Torre, où se situe Micottis, était pratiquement isolée du monde extérieur et ignorée même par le clergé d' AQUILEIA, à cause du manque de routes pour rejoindre le Frioul et de la grande pauvreté des gens vivant ici. Cependant, quelqu'un est venu ici dès les années 1000 ou 1100 pour donner des noms italiens aux villages et des noms de famille aux gens qui avaient des noms slaves, incompréhensibles.

C'étaient probablement des prêtres envoyés depuis Aquileia, étant donné que les gens de la Valle del Torre réclamaient un prêtre et qui donnairent aux villages les noms qui terminent avec le fameux
«is», qui provient donc plutôt du latin que du frioulan.

La Valle del Torre est restée ainsi, inchangée, depuis l'an 300 après J-C (date présumée de l'arrivée des slaves dans cette zone) jusqu'aux environs de l'année 1600.
Le «ponasen» n'existait pas encore, uniquement la langue slave originelle.

A partir de 1600 , le changement à commencé. Les routes et les muletières ont relié la Valle del Torre avec le Frioul et c'est d'ici, à partir de ce moment là qu'est né le «ponasen», un mélange de notre langue slave et du frioulan.

LE “PONASEN” EST UN FLEUVE D' INFORMATIONS

La Valle del Torre est privée de toute histoire ; personne n'en sait trop rien et il n'existe aucun écrit où que ce soit. Et c'est là que le «
ponasen» nous fait découvrir différentes choses. Il semblerait que les Slaves soient venus dans cette zone «de personne» au 3ème siècle après J-C, toujours est-il qu'il y a eu quelque chose d'écrit après le 6ème siècle.

Un prêtre de Pradielis a écrit deux pages en 1929 en mentionnant cette zone et les Slaves (Photo 1)


HISTOIRE DE MICOTTIS
basée sur le "Ponasen"
BY sinben


Maintenant je vais tâcher de vous raconter l'histoire de Micottis comme je l'ai comprise en me basant sur le «PONASEN».

Il était une fois, comme dans les fables, des gens venus de l' Est qui ont occupé la Valle del Torre. Ils parlaient le slave, et ont donné des noms slaves aux montagnes, aux plantes, aux fleurs, aux insectes, aux bêtes, aux endroits, et ils ont bâti des villages qu'ils ont aussi baptisé de noms slaves. Les familles avaient des noms slaves qui sont encore en usage à l'heure actuelle.

Il est fort probable que ces gens aient fui leur lieux d'origine par suite de guerre ou d'épidémies. C'étaient certainement des gens de la ville car ils comptaient au moins jusqu'à dix (le «
ponasen» le confirme) et peut-être même au delà. Il faut bien dire qu'à cette époque savoir compter n'était pas chose courante. On apprenait à compter uniquement dans les villes où il y avait des écoles. Ils n'ont pas pu acquérir leur petit bagage de connaissances ici dans la mesure où il n'existait aucune école, ni en italien ni en slave.

Ils étaient chrétiens : on évoque encore à l'heure actuelle, en «
ponasen», la Sainte Vierge, Jésus, le Saint-Esprit et il existait des prières en salves, aujourd'hui oubliées.

Ils sont venus d'une ville pas très lointaine. Par conséquent, il faudrait consulter un livre d'histoire. Qu'est-il arrivé dans les villes limitrophes aux environs de l'année 300 ? Peut-être une invasion étrangère, des guerres ou autre chose...en tous cas quelque chose de suffisamment grave pour que la population cherche refuge ailleurs.

Cette zone de la Valle del Torre était la terre de personne, aride, avec les châtaigniers, des ours, des loups et d'autres bêtes sauvages. La Valle del Torre devait ressembler à ceci. (Voir photo 2)


Probablement, un groupe de personnes venues sur la colline Bardo (Lusevera) a décidé de s'arrêter là et d'y construire une cabane pour y habiter. Peut-être ont-ils amené quelques bestiaux et quelques outils, mais il manquait l'eau et donc ils allèrent jusqu'à «Sedlisca» (Micottis) à il y avait de l'eau. Quelques uns on préféré s'installer là, près de l'eau et c'est là qu'est né le village de Sedlisca (Micottis).

A cette époque là, il n'y avait que des sentiers, un sentier depuis Lusevera descendait vers le torrent Ter où a surgi le village Ter (Pradielis). Ensuite quelqu'un est monté au-dessus de Ter (Pradielis) sur l'autre rive du torrent sous une colline pour y fonder le village Podbardo (Cesariis) et c'est ainsi que progressivement se sont formés autour de Lusevera les petits villages que nous connaissons encore aujourd'hui.

Les gens vivaient de châtaignes, de laitages et de gibier. Compte tenu de la rigueur du climat, l'agriculture était quasi inexistante ; ils ne connaissaient ni le maïs ni d'autres céréales et les gens mourraient de faim et de maladie. Notre population n'a connu la polenta qu'après 1600 environ. Ils préféraient subir la faim mais vivre en paix. Ils n'ont jamais fait la guerre aux frioulans, comparativement riches, et après 1600 environ, quand l'accès vers le Frioul a été rendu possible, nos gens ont pu descendre depuis la Valle del Torre jusqu'à Tarcento.

Les rapports entre les slaves et les frioulans étaient bons, les slaves étaient obligés à apprendre le frioulan pour faire du troc ou acheter ce qui était indispensable dans leurs villages. La langue a commencé à changer et c'est ainsi qu'est né le «PONASEN».

Un petit sentier, tracé sur les flancs des montagnes riveraines du Torre qui, avec ses eaux impétueuses s'écoulait rapide comme un Canyon vers Tarcento, était un sentier très dangereux et de temps en temps quelqu'un tombait dans l'eau glacée ou s'écrasait sur les rochers et perdait la vie. Aujourd'hui il existe une route appelée Route Crosis - la route des croix. (Voir photo 3)



Vers l'année 1000, il est probable que des prêtres sont venus dans nos villages dont ils changèrent les noms et donnèrent des noms italiens aux gens. Ils espéraient peut-être pouvoir y construire une église et y installer un prêtre, mais la pauvreté était telle qu'elle a découragé les prêtres qu'on n'a plus vus pour plusieurs siècles. C'est ainsi que la Valle del Torre a continué...a poursuivre une époque sans histoire, encore une fois oubliée de tous.

Sur certains documents, on note les noms des villages et les noms de famille en italien, mais le «ponasen» n'en a pas tenu compte parce que cela n'avait pas d'importance pour les gens ; peut-être était-ce simplement une «étiquette» apposée par quelqu'un dans l'intention de percevoir des taxes.

Quand nous parlons le «ponasen» il n'existe pas Lusevera, Padielis, Cesariis, Musi, Villanova, Vedronza et Micottis, mais bien Bardo, Ter, Podbardo, Musaz, Zavarh, Gnjviza,
Sedlisca et ainsi de suite. De même, les noms de famille en italien ne sont guère utilisés mais remplacés par ceux originaires en «ponasen», comme Bilin, Dusigj, Kuzulin, Fratinigj ecc.

Nous, les slaves de la Valle del Torre vivons sur deux plans bien distincts :

le plan
- ponasen - et
le plan -
Italien -

Quand nous parlons en «ponasen», les noms de villages et les noms de famille sont exclusivement slaves. Les noms de famille slaves étaient plutôt des surnoms qui en faisaient office, et chaque famille avait son surnom. La descendance continue à le porter depuis des siècles.
En revanche, quand nous parlons italien, les noms de villages et les noms de famille sont utilisés exclusivement en italien. Dans les archives de l'église de Lusevera, on inscrivait à la fois le nom de famille italien et le surnom en slave. (Voir photo 4)



Tant qu'il y aura des gens qui parlent correctement le «ponasen» cela continuera ainsi. Mais je pense que ce ne sera plus bien longtemps. Je pense que dans 30 à 40 ans le «ponasen» ne sera plus qu'un souvenir. Les autorités de la région Friuli-Venezia Giulia qui ont la faculté de donner une histoire à cette Valle del Torre devrait se hâter d'enregistrer ce qui reste de ponasen pour mieux comprendre l'histoire de cette vallée.

D'après moi, le nom Micottis a été étiqueté par quelqu'un au même moment où tous les noms de la Valle del Torre ont été changés. Je ne serais pas surpris qu'un certain Micotti, prêtre ou fonctionnaire envoyé dans ces zones depuis Aquileia pour changer les noms slaves, ait donné son propre nom au village en y ajoutant un «
s» -Micottis. Pour faire plus vite, il a donne ce même nom au village de Sedlisca ainsi qu'à toutes les familles qui y habitaient.

A Micottis, il y avait des surnoms slaves comme Dusigj, Kuzulin, Fratinigj, Kagjon, Paganet, Paan, Marzuoligj et autres, dont le nom de famille est Micottis. Je suis convaincu qu'en faisant une analyse génétique de ces personnes, on découvrirait qu'ils n'ont plus grand' chose des origines génétiques de Micottis en commun. Par contre, on notera la descendance des différents souches de famille comme les “dusigj”,”kuzulin” etc., mais pas Micottis.

Pour découvrir la vérité, il serait urgent de faire une analyse sanguine des derniers survivants avant leur disparition afin de s'assurer que leur sang est vraiment celui d'un descendant Micottis ou s'il s'agit uniquement d'une étiquette apposée par un groupe de familles qui habitaient là, comme je le pense moi-même.

Le Ponasen ne mentionne jamais Micottis, ni Mekot, ni d'autres noms comme Mekota ; il connait seulement
Sedlisca ; donc c'est son nom d'origine et il n'y en a pas eu d'autre pour le remplacer. Si il y avait eu quelqu'un dont le nom de famille était Micottis qui aurait fondé le village et aurait laissé une descendance, le Ponasen le mentionnerait.

Par exemple, Mekota est Micottis traduit en Ponasen par les gens de Villanova qui sont les seuls a appeler
Sedlisca «Mekota». Mekota est un nom récent. Il se peut que les gens de Villanova a un certain moment étaient obligés de venir à Lusevera, siège de la commune. Pour venir à Lusevera par les sentiers, ils passaient par Micottis et voyaient ce nom écrit sur le panneau. Ces gens ne connaissaient pas Sedlisca parce qu'ils n'y venaient jamais. Il n'y avait rien à acheter ou à vendre ou à voir. Tout ce dont ils avaient besoin ils le trouvaient en bas, vers Tarcento parce que Tarcento était plus proche et ils ne fréquentaient jamais Sedlisca. Avec le temps ils perdront même le Ponasen dans la mesure où ils n'ont d'échanges qu'avec le Frioul, ils se sont plutôt «frioulanisés».

Tarcento était la ville la plus proche où on pouvait faire des achats et par la suite vendre du bois, du beurre, le peu de choses que possédaient les pauvres gens de nos montagnes.

Les gens de Monteaperta, qui se trouve dans la commune de Taipana, connaissaient très bien
Sedlisca qu'ils fréquentaient et qu'ils appellent toujours encore Sedlisca en slave. Ils avaient deux alternatives pour aller à Tarcento, soit passer par Debelis et Nimis, soit par Micottis et Lusevera .
(Voir la carte 1)


En 1700 – 1800, l'émigration a commencé timidement et les gens de la Valle del Torre ont migré et ne sont plus revenus dans leur vallée, mais ils se sont identifiés à travers le monde avec le patronyme Micottis. Il existe des Micottis dans différents pays, et ils voudraient connaître Micottis et son origine.

J'ai essayé modestement à faire des recherches pour en savoir plus sur Micottis, ses origines.., mais je me suis aperçu que nous n'avons pas d'histoire et le Ponasen nous révèle peu, mais c'est essentiel pour en comprendre un peu plus.

Cordialement vôtre,


Sinben.




HOME PAGE | NOVEMBRE | multimedia | service | news | conoscere Micottis | Mappa del sito


Menu di sezione:


"oggi è il " | sinben@gmail.com

Torna ai contenuti | Torna al menu