MICOTTIS


Vai ai contenuti

Menu principale:


français

giugno 2009




Portrait de M. Charles KIEFFER


Monsieur Charles KIEFFER est une personne très sympathique qui me fait l’honneur de m’accorder son amitié. Outre son amitié et sa gentillesse, il m’accorde aussi parfois un peu de son précieux temps pour me faire partager quelques parcelles de son immense savoir.

A l’age de 87 ans, et malgré des ennuis de santé, il est encore très actif passe des heures à écrire des livres notamment sur son pays natal, l’Alsace, et sur son pays d’adoption, l’Afghanistan où il a passé plus de vingt ans à étudier les nombreuses langues du pays.

Son Curriculum Vitea est long et riche. Jugez par vous-mêmes

Licence ès Lettres,
Diplôme d’Etudes Supérieures de Philosophie à l’Université de Paris,
Doctorat d’Etat ès Lettres et Sciences Humaines, Université de la Sorbonne, Paris

Il a enseigné la philosophie, le français, le latin et le grec dans divers collèges et lycées aussi bien en France -Paris, Lyon, Marseille, Limoux et Dreux- qu’à l’étranger dont plusieurs années au Caire, en Egypte, puis à Kaboul, en Afghanistan.

Secrétaire de la Délégation Archéologique Française en Afghanistan
Chercheur au Centre National de la Recherche Scientifique (C.N.R.S.)
Directeur de recherche pour ce même Institut.

Spécialiste en «Langues et Civilisations Orientales» son travail portait plus particulièrement sur les langues et dialectes.
Premier collaborateur de l’Atlas Linguistique de l’Afghanistan avec Georges Redard, Université de Berne.

Il a publié de nombreux ouvrages et donné beaucoup de conférences, en particulier sur l’ Afghanistan.

C’est un véritable puits de science dont j’ai résumé le Curriculum Vitae qui aurait été bien plus long.

C’est donc à un éminent spécialiste que je me suis adressé pour lui demander son avis sur l’importance que revêt la survie d’un dialecte comme le
«PONASEN».

Voici ses réponses.

«Défendre son dialecte constitue souvent un combat d’arrière garde».

En effet, quand un groupe humain se sent menacé par l’arrivée du conquérant ou simplement de ceux qui véhiculent une culture qui risque d’étouffer ses traditions à lui, il se défend bec et ongle et la défense de son parler constitue souvent le combat le plus spectaculaire et le plus rentable.

En maintenant son parler contre les agressions de l’Autre, il a l’impression de défendre son identité et par là même la lignée d’ancêtres prestigieux dont il est maintenant un des derniers représentants.

La défense d’un dialecte aujourd’hui en voie de disparition mérite d’être analysée comment se fait-il que ce dialecte minoritaire ait pu survivre jusqu’à aujourd’hui. En répondant à cette question, on prépare la façon de le défendre aujourd’hui même.

En effet, un dialecte minoritaire se maintient toujours pour des questions historiques qui peuvent être très différentes. En général, il défend un peuple qui se sent exploité et qui tient courageusement à interrompre définitivement le cycle d’assujettissement dans lequel il se sent engagé.

Un dialecte peut vouloir survivre aussi pour des raisons idéologiques, par exemple, ses locuteurs se sentent investis d’une mission quasi mystique. C’est le cas d’une langue qui a survécu des siècles parce que ses locuteurs se sentaient investis de la mission de défendre contre tous, leurs traditions religieuses.

Une telle langue, porteuse d’une idéologie menacée par la grande culture de la région ou du pays, peut servir aussi de langue secrète et un signe de reconnaissance.

Que faire pour revigorer son parler menacé ? Pour cela il faut analyser avec précision les causes de son déclin. Un point essentiel concerne les locuteurs eux-mêmes qui renoncent de plus en plus à parler leur dialecte.

C’est souvent une question de rendement. Le monde des affaires a horreur des «langues», c’est è dire, celles qui n’ont qu’un nombre restreint de locuteurs et qui par conséquent n’offre qu’un nombre restreint de clients.»


Propos recueillis par A.B.
Cernay 16.04.2009-Alsace - France


HOME PAGE | giugno 2009 | multimedia | news | 3D-vision | conoscere Micottis | Mappa del sito


Menu di sezione:


"oggi è il " | sinben@micottis.it

Torna ai contenuti | Torna al menu